Notre Président, en annoncant brutalement sa décision de supprimer la publicité sur les chaines publiques de télévision et radio, a crée une onde de choc sur le monde ronronnant des médias dont il était difficile d'envisager les conséquences. Si vous suivez régulièrement ce blog, vous savez que je partage l'opinion de Nicolas Sarkozy sur le fait que le spectateur moyen ne voyait pas de différence entre les chaines privées et les chaines publiques mais que je voyais plutot,sur la base de la structure de financement existante, récentrer les chaines publiques sur leurs missions régaliennes à redéfinir que de casser et reconstruire comme cela semble être la méthode préféree de notre Président. Maintenant que les conséquences d'un telle décision commençent à se préciser, il me parait utile de faire le point sur ce qui est sorti de la boite de Pandore qui vient de s'ouvrir.

  • Une question tout d'abord sur le cout réel de la grille de France Télévisions. Sur un sujet qui semblait simple - le montant de la publicité perçue par France Télévisions initialement estimé à 800 millions d'euros- on a vu les demandes de France Télévision monter à 1.2 milliards et les commentaires des chaines privées, qui sont intéréssées au sujet comme compensateur de ces financements, aller au contraire en sens inverse sur le montant de ces compensations. Pourtant les chiffres des recettes publicitaires sont connues, elles se montent exactement pour 2006 à 834 millions d'euros.
    Oui mais nous dit France Télévisions, il faut remplacer les 1h30 de publicité par autant d'émissions qui couteront entre 200 et 400 Millions d'Euros pour la télévision et 45 pour la radio.Au total, d'après France Télévisions, 1.2 milliards d'euros que la Ministre des Finances rabaisse à 1 milliards. Les chaines privées, elles,relèvent que le parrainage restera autorisé(77millions de recettes qui devraient augmenter),que la suppression de la regie publicitaire devrait économiser 65 millions, et que donc avec quelques autres recettes subsistantes, on n'arriverait plus qu'à 650 millions.
  • Canalblog321Le montant total des recettes publicitaires en 2007 a affiché une croissance de 6.2 pct pour atteindre 23 milliards d'euros répartis comme ci contre entre la presse, la télévision,la radio, Internet et l'affichage.En 2007 ce sont les publicités faites sur Internet et sur la TNT qui ont raflé les nouvelles recettes,alors que celles des chaines de télévision généralistes ont stagné, malgré l'arrivée des publicités de la grande distribution.
    La publicité sur Internet a monté de 34 pct en 2007 et a gagné deux points et demi de part de marché globale à 12 pct désormais contre 9.5 en 2006.
  • La publicité télé va devenir, du fait de la disparition de l'offre de France Télévisions plus rare et donc plus chère. En 2000 la réduction du temps d'antenne disponible pour les publicités avait dejà entrainé une augmentation des tarifs de 9 à 15 ct. Pour la disparition totale du temps d'antenne publicitaire dont nous parlons aujourd'hui, il faudra compter que les tarifs vont augmenter de 15 à 18pct.
    Par ailleurs, l'ouverture de cette boite de Pandore couplée à la transposition en droit français de la directive européenne "Télévision sans frontières",  va amener les annonceurs à revoir plus fondamentalement la répartition de leur budget entre les différents médias. Un enquète de l'agence Aegis sur les intentions des annonceurs montre que ceux ci vont rechercher plus d'innovation pour émerger dans un paysage télé encombré et que les grands gagnants de cette redistribution des cartes risquent d'être les chaines de la TNT et le hors médias, Internet et affichage. Peu de chance donc de voir les recettes des chaines généralistes augmenter beaucoup alors qu'on en attendait une forte contribution pour boucher le trou.
  • Reste la taxation des opérateurs téléphoniques, fixe et mobile,des ventes d'électronique grand public( téléviseurs, PC, Mobiles). Madame Lagarde a calculé que sur la base d'un chiffrre d'affaire de 40 milliards d'Euros pour téléphonie fixe et mobile,, 17 sur le produits bruns et 10 pour la publicité hors média, une taxe à 1pct du chiffre d'affaire, ce que Nicolas Sarkozy appelle infinitésimal et Madame Lagarde considère comme un maximum, on arriverait à un prélèvement par taxe de 680 millions. On est encore loin du compte, même avec une taxe qui a déjà grossi.
  • Le secteur des opérateurs télécoms, lui, est furieux. Considérant qu'il est une des rares activités en France qui tire la croissance et investit 5 milliards par an sur le territoire, et que toute taxation nouvelle est toujours payée par le consommateur final, il ne comprend pas qu'à l'époque où l'on cherche la hausse du pouvoir d'achat des français, on le surtaxe plutôt. Enfin les transferts de taxes d'une industrie à une autre n'ont pas vraiment de logique. Pourquoi la téléphonie devrait elle payer pour la télévision publique plutôt que l'automobile ou les transports?
    Et de se plaindre que les pouvoirs publics étaient en train de créer, après la TIPP, taxe intérieure sur les produits pétroliers, une TIPT, taxe intérieure sur les produits télécom!
    Plus sérieusement,la Fédération des Télécoms a fait ses comptes et a calculé que si on reportait les 1.2 milliards d'euros que réclame France Télévisions sur les 15 millions d'abonnés ADSL cela ferait 80 euros par an et par internautes soit,en gros, trois mois d'abonnement.Et si on les faisait payer par les 50 millions de clients en téléphonie mobile, cela ferait 25 euros par client.Le calcul est un peu biaisé puisque la fédération fait comme si elle allait supporter la totalité de la facture et sur un seul segment de clientèle.Il suggère plutôt...d'augmenter la redevance, bien sur!
  • Le PDG de M6 s'est publiquement plaint que le financement par le privé des chaines publiques allait permettre à ces dernières de faire des surenchères sur certains gros contrats comme le football, ce qui est contraire à la fameuse concurrence non biaisée du traité européen.
  • Dernier hoquet de l'annonce présidentielle, il s'est approprié TV5, la chaine francophone dont une part des frais est prise en charge par les autres  pays francophones, Suisse, Canada, Belgique en l'intégrant à une holding francofrançaise qui couvrirait toutes les chaines internationales de France Télévisions. Fureur du Président de l'Orgabisation Internaionale de ma Francophonie, le sénégalais Abdou Diouf. Et menaces de la Belgique et de la Suisse romande de quitter le navire TV5!

A suivre