Nous sommes dans un pays où la vente à perte est rigoureusement interdite. La vente à perte c'est quoi? C'est vendre en dessous de son prix de revient. C'est là que ça se complique car calculer le prix de revient d'un produit ou d'une prestation est très difficile pour la bonne raison qu'il est très difficile de répartir des frais engagés au niveau global de la société(couts de la direction générale, coûts des services partagés comme le juridique, les ressources humaines, la comptabilité, les services généraux etc). On peut les répartir suivants certains critères, les effectifs par exemple pour les couts des Ressources Humaines ou en fonction des volumes vendus mais dans une société qui fabrique des milliers de produits,ce processus se termine par une cascade de coefficients qui entache gravement la validité du calcul final.En d'autres termes, il est très difficile de calculer un prix de revient précis.

Même dans le cas du calcul du prix de revient d'un produit simplement achété, il n'est pas facile néanmoins d'arriver à un tel calcul du fait de la complexité des systèmes de remises appliquées dans l'industrie avec des remises immédiates et des remises différées (primes de fin d'année) ou conditionnelles (primes d'objectifs). Cette définition a donné lieu à des discussions interminables dans le cadre de la fameuse loi Galland qui justement interdisait de prendre en compte pour le calcul du prix d'achat des produits, ces primes spéciales.

Tout ceci pour en revenir à mon sujet en rubrique qui est celui des publicités que vous voyez sans doute dans les transports publics ou les médias pour des remises qui vont aussi loin que 60pct sur les billets de train pris au dernier moment au jour le jour. Or la loi sur l'interdiction des ventes à perte s'applique aussi,à ma connaissance, à la SNCF.

De deux choses l'une dans ce cas:Ou bien la SNCF se moque comme d'une guigne de la loi interdisant les ventes à pertes, ou bien elle a des marges énormes. Sur un billet à 100 euros, le prix "Bons plan du net" ressort à 40 euros et donc la marge à 60 euros soit 150pct de marge !!!  Et encore suis je gentil en considérant qu'à 40 euros la SNCF ne fait aucun bénéfice.

Il serait donc intéressant soit que la SNCF nous explique comment elle construit ses prix de ventes au public soit que la DGCCRF s'intéresse à cette violation des lois.

NB.Puisque nous en sommes sur les prix de la SNCF, la nouvelle tarification se traduit par la vente ( dans le cas de tarifs réduits) de tickets qui sont devenus non modifiables et non remboursables alors que précédemment, il existait des billets échangeables et remboursables à condition d'inclure un samedi dans votre séjour. La première fois que vous arriverez un peu trop tard pour prendre votre train et que vous aurez à payer le tarif "plein pot", vous comprendrez votre douleur.