Décidement, il a suffi de peu de temps pour que les fonds souverains, initialement mal perçus par les opinions publiques et les pouvoirs publics américains, rentrent en grace et soient désormais considérés comme des sauveurs de la nation. Pourtant, il y a encore peu de temps les sénateurs américains s'opposaient bec et ongles à la prise de controle d'un pétrolier national (Unocal?) par la société nationale pétrolière chinoise. Encore plus récemment,c'est l'opinion publique qui s'offusquait que les Ports américains, devenus soudain stratégiques, puissent passer sous le controle d'un fond souverain de Dubai.Que s'est il passé pour qu'aujourd'hui, on leur déroule le tapis rouge?

La déconfiture totale du systême bancaire américain dans l'aventure du Subprime,- à l'exception notable de Goldman Sachs-, qui fait que toute la Finance américaine- et à un degré moindre quelques acteurs de la finance européenne, accumule les dépréciations d'actifs et les provisions pour perte avec pour conséquence de considérables problèmes de trésorerie qui font que les banques centrales doivent intervenir massivement pour éviter l'écroulement de quelques uns des fleurons d'un secteur financier autrefois dominateur.

Ainsi donc après Bear Sterns, ce fut au tour de Citigroup de faire appel à un fond souverains pour leur apporter la trésorerie pour les tirer d'affaire.C'est ainsi que le fond d'Abu Dhabi,ADIA a versé 7.5 milliards de dollars à Citigroup à 9pct d' intérêt(!!) sous forme d'obligation convertibles qui, d'içi 2 ans, se tranformeront en une prise de participation de 5pct du capital de la banque.Comme quoi ces fonds savent parfaitement compter et profiter des occasions qui passent.L'autre grand de la banque américaine, Morgan Stanley est dans le même cas avec une opération semblable au profit du fond souverain chinois,CIC, China Investment Corp et dans des conditions semblables: 5 milliards de dollars sous forme d'obligation convertibles à 9pct d'intérêt qui se transformeront en participation de 5pct au capital.

Enfin aujourd'hui même, c'est Merryll Lynch, un autre grand de la banque américaine, qui recherche un sauveur sous la forme du fonds souverain de l'Etat singapourien, Temasek. Il est vrai que Merryl Lynch a déjà déprécié pour 2.3 + 8.7 + 8+19 milliards de dollars de provision !!! Alors les 5 milliards de Temasek seront les bienvenus

Dans ces conditions vous comprendrez que la demande du G7 du mois d'octobre pour que l'ONU mette en place un "code de bonne conduite" pour ces fonds souverains soit déjà passée à la trappe. Il y a fort à parier que même si c'était Monsieur Hugo Chavez qui arrivait avec un gros chèque, on le trouverait désormais sympathique! C'est dire où les Etats Unis et au delà l'Occident auquel nous appartenons, en est arrivé.

Quelle désastreuse image de leur pays et de l'occident, tous ces PDG de tous ces grands groupes à gros bonus annuels, auront donnés au reste du monde du systême économique qu'ils défendent. Quand aux fonds souverains dont je vous avais signalé au fur et a mesure de cette qu'ils devenaient de plus en plus sympathiques, sachez qu'ils ont été promus désormais au rang de "Sovereign Wealth Funds", ou fonds de richesse  souverain.

Une dénomination qui dit bien ce qu'elle veut dire.