Je me trouve en ce moment aux Etats Unis, ce que vous reconnaitrez aisement à l'absence d'accents ou de cédille dans les messages que je redige de la bas.La faute au clavier Qwerty...

La grande preoccupation ici, c'est la chute du dollar, qui ne gène pas en soi l'économie americaine, mais plutot les impacts que l'on en voit se dessiner içi et là. Car il existe des liens entre les monnaies d'un certain nombre d'états et le dollar.Le plus connu est celui de la Chine et de sa monnaie, le yuan, mais c'est le cas également des pays du golfe persique avec le riyal(Arabie saoudite),ou le dirham des Emirats Arabes Unis. C'est aussi le cas de l'Equateur où le dollar sert de monnaie officielle ou de l'Ukraine qui maintient un lien de facto avec lui. Ces liens sont historiques et résultent du pourcentage très elevé de leur commerce extérieur fait dans cette monnaie,de l'absence d'expérience dans l'activité d'une banque centrale, ou encore du fait que ces pays partaient du principe que la politique monétaire des Etats Unis, gérée par la FED, était également bonne pour eux.

Or la politique actuelle de la FED vise à réactiver l'économie américaine face à un problème local, celui des prêts "subprime",et impulse au contraire des taux d'inflation élevés dans ces pays de part leur approvisionnement partiel important en zone euro. C'est ainsi que la Quatar en est à 12 pct d'inflation et que Dubai, un des membres des Emirats Arabes Unis, a du faire face à des manifestations de travailleurs immigrés mécontents de voir les revenus qu'ils renvoient chez eux diminuer considérablement du fait des effets de changes.

Autre impact et non des moindres, la fortune des pays liés au dollars, se réduit comme peau de chagrin du fait de la baisse permanente du dollar.Certains ont deja mis en oeuvre un certain rééquilibrage de leurs actifs et placements vers d'autres monnaies dont l'Euro, d'autres, en particulier ceux qui disposent de fonds souverains, passent de placements financiers en "bonds du trésor" à des investissements "en dur" directement dans des sociétés industrielles. Enfin aux Etats Unis mêmes des investisseurs comme Mr Warren Buffet( Fond Bershire Hathaway),les fonds de retraites ou directement certains artistes quittent le dollar en faveur d'autres placements.

Or et c'est là que la bat blesse, trouver une autre monnaie de reserve n'est pas aussi facile qu'on le pense. Car  il faut que la dite monnaie soit disponible en très grande quantité,liquide, et soutenue par une économie et des actifs forts. C'était le cas du dollar, garantie par la vigueur de l'économie américaine et la valeur de ses entreprises, mais surtout largement disponible du fait du déséquilibre des budgets et de la balance des paiements américaine. Ce n'est pas le cas de l'Euro dont globalement et malgré certains mauvais élèves comme la France, le budget est équilibré voire excédentaire.Il n'y a donc pas d'Euros ou de placements financiers en Euros disponible en quantité suffisante pour pouvoir se substituer au dollar!

En d'autres termes on s'aperçoit que le déséquibre budgétaire américain, depuis toujours vilipendé de ce coté çi de l'Atlantique,est un élément indispensable à la fluidité des capitaux et du commerce international! Il faut qu'il y ait des emprunteurs pour qu'il puisse y avoir des prêteurs et l'Europe de l'Euro, par sa politique d'équilibre budgétaire, ne peut contribuer à alimenter la demande dans sa monnaie au niveau nécessaire pour calmer la demande monétaire.

Tout ceci pour dire que nous ne sommes pas prêt de voir l'euro baisser et le dollar remonter et que la tendance au rachat des plus belles entreprises américaines et européennes par les fonds souverains va se poursuivre...