Les élections européennes du printemps 2009 vont se traduire, avec l'élargissement de l'Union Européenne, et la mise en place d'une manière ou d'une autre, le mini traité en l'occurence, des engagements de l'ex constitution européenne, par un ajustement difficile dans les effectifs. En clair, il va falloir se serrer dans l'hémicycle de Strasbourg! Pas au sens propre du terme et par suite d'un accroissement du nombre de députés européens, mais au contraire par suite d'une diminution du nombre des députés...

L'ex Constitution ou le futur mini traité  qui se substitue au traité de Nice, prévoit en effet qu'il y ait un maximum de 750 députés dans l'espace européen alors qu'il y en a actuellement 785. Louable mesure pour lutter contre l'inflation des couts qu'en tant que contribuable nous ne pouvons qu'apprécier.L'inverse de ce que nous avons fait en France quand nous avons créé les nouveaux départements de région parisienne.

En plus de cette limite maximale du nombre de députés existent d'autres règles qui générent quelques contraintes supplémentaires. Le nombre maximal de sièges par pays membres, fixé à 96 alors que les allemands sont déjà 99. Ou encore un nombre mininal de députés par pays fixé à 6 qui vont faire gagner quelques sièges aux petits pays(Malte par exemple) qu'il faudra prendre sur les députés des grands pays.sans compter que l'abandon du traité de Nice va se traduire pour certains pays(Pologne en particulier) par une perte de sièges.

Autre facteur important, la démographie, le nombre de députés étant lié à la population ce qui favorise les pays à forte natalité comme la France au détriment de ceux à faible natalité comme l'Italie par exemple qui y perdra trois sièges. Merci donc aux jeunes femmes de France d'avoir eu envie d'avoir des enfants ces dernières années.

Résultat des courses: L'Allemagne devrait passer de 99 à 96 dépûtés, la France de 78 à 74, la Grande Bretagne de 78 à 73, l'Espagne stable à 54 députés, les polonais perdre trois sièges, l'Irlande un et l'Italie ...six;

La situation sera en plus évolutive au gré de l'arrivée de nouveaux pays, la Croatie en 2010 puis les autres pays des Balkans mais surtout la Turquie qui, avec sa forte population, va avoir un effet dévastateur sur notre contingent de députés.

Dur, dur d'être député européen par les temps qui courent !!!