Volkswagen a négocié avec le syndicat IG Metall un accord d'entreprise qui lui permette d'améliorer la compétitivité de ses installations de production en Allemagne.

Pour ce faire, la logique de base, parfaitement comprise par les syndicats allemands et que ceux qui lisent ce blog reconnaitront comme celle que je defend également,consiste à diminuer les couts en augmentant les horaires de travail à salaire égal. Le contraire de la politique des 35hrs à la Française...

En 2006 la constructeur allemand a donc négocié l'augmentation des horaires de travail, très faibles chez Volkswagen à 29hrs en moyenne, sans aucune augmentation de salaire. Par contre il accepta une contrepartie demandée par IG Metall pour "faire passer" l'accord à ses adhérents, celle de s'engager sur le maintien des effectifs en Allemagne au besoin en y rapatriant certaines fabrications effectuées sur des sites étrangers.

Le résultat en a été une relocalisation vers Wolfsburg de fabrication de différents véhicules dont essentiellement des Golf. les perdants de cette opération "déshabillons Pierre pour habiller Paul" ont été l'usine de Bruxelles, et plus récemment celle de Uitenhage en Afrique du Sud(6600 salariés) en attendant peut être celle du Portugal( 2900 salariés) et du Mexique(13500).Les postes sauvegardés sur le site de Wolfsbourg ont été estimés à 1000 à 1100 emplois. Par contre sur le plan économique et compte tenu des différences de salaires entre ces différents pays et l'Allemagne, il n'est pas évident que Volkswagn n'y perde pas, d'autant plus que les fabrications rapatriées étaient destinées à l'Asie du Sud Est.

La mondialisation se traduit dans certains cas par le repli sur soi et la réémergence du protectionisme. Force est de constater que ce protectionisme peut avoir des effets pervers...