J'avais eu l'occasion de vous signaler il y a quelque temps un évènement monétaire inattendu. La Banque du Japon avait décidé de remonter son taux d'intéret à...0.5pct(!), à partir des 0.25 pct où il stagnait depuis de nombreux mois. Cette politique de taux très bas est traditionnelle au Japon pour, grace au Yen faible, promouvoir les exportations.

Vous avez constaté la semaine dernière la baisse inattendue des bourses du monde entier. Le CAC 40 qui était monté jusqu'à 5750 descendit brutalement jusqu'à 5300 de la même manière et avec la même ampleur que toutes les bourses mondiales. Celle qui a lancé le mouvement en premier étant la Bourse de Shangai, une bourse pourtant interne à la Chine, qui décrocha de 8pct en une seule séance.

Quel rapport, me direz vous, entre le premier paragraphe de ce message et le second? Le titre de ce message, le Carry Trade. De quoi s'agit il?canalblog98_001 De la pratique de certains fonds spéculatifs d'emprunter en Yen, quasiment sans intéret, pour , après conversion en d'autres monnaies. investir dans des actions dans les pays émergents, des obligations à haut rendement neozélandaise,ou même dans l'immobilier. Or quand le Yen a commencé à monter, les emprunteurs, réalisant le risque nouveau de leurs placements, se sont mis soudain à racheter des Yens, contribuant encore à sa hausse.

Il est difficile de connaitre le montant exact des montants ainsi empruntés pour faire du Carry Trade. La courbe ci contre en montre les montants et leur évolution. Ils se montent depuis quelque temps à 30 milliards de dollars alors que le Ministre des Finances japonais les estime, lui, à des montants entre 80 et 160 milliards.Le plus haut du Yen  depuis trois mois correspondait donc déjà à une perte pour les spéculateurs de l'ordre de 5 milliards de Dollars. Pas étonnant donc qu'ils se soient bougés pour revendre leurs placements en obligation ou actions et racheter des Yens.

Ce n'est pas la seule cause des mouvements actuels, bien sur et les programmes informatiques automatiques sont encore montrés du doigt. Espérons néanmoins que le Japon  et sa Banque Centrale(ainsi que la Suisse aux taux également très bas) auront compris que la politique de taux d'intérets quasi nuls a des inconvénients majeurs en offrant des tentations fortes aux spéculateurs et en présentant des risques majeurs pour l'économie mondiale.

A suivre à la prochaine crise