Décidement Daimler Benz n'en finit pas de regretter l'investissement dans l'américain Chrysler décidé par son ex PDG qui y a d'ailleurs laissé son poste.

Après des années d'efforts pourtant pour rationaliser la production,dégager des économies d'échelles avec la maison mère et renouveler la gamme, rien ne semble y faire, au point que Chrysler est désormais officieusement à vendre.Triste fin de partie pour la politique de diversification mondiale (Chrysler+Mitsubishi) de Daimler Benz des années 98 qui se terminerait ainsi en déconfiture complète.

Même si Daimler Benz a seulement déclaré qu'une telle vente ne pouvait être exclue, les candidats à la reprise se précipitent déjà. La situation devrait devenir vite intenable pour Chrysler dont les clients potentiels vont adopter immédiatement une attitude attentiste et dont le personnel va devenir gravement démotivé. Il va donc falloir trancher rapidement pour Daimler Benz.

Les candidats à la reprise se positionnent déjà avec  la GM elle même dont on ne voit pas bien ce qu'elle pourrait apporter à Chrysler, un équipementier et fournisseur canadien, Magna, dont on se demande s'il n'a pas les yeus plus gros que le ventre et les postulants plus sérieux. Le constructeur Chinois FAW ,par exemple, coproducteur en Chine de voitures Toyota  et Volkswagen et à ce titre très gros producteur, pour lequel ce serait une consécration mondiale, la confirmation de l'émergence de la Chine aux yeux du monde comme le pays constructeur d'automobile de l'avenir. Gagons qu'une telle motivation devrait donner des ailes à ses négociateurs.

Autre possibilité, les fonds d'investissements dont on sait qu'ils peuvent maintenant mobiliser des sommes énormes à investir dans des projets et dont les méthodes peuvent réussir là où celles de Daimler Benz ont échouées. Avant néanmoins de penser à vendre, il reste un gros problème à renégocier pour Daimler Chrysler, celui des retraites et des dépenses de santé, Des engagements gigantesques(18 milliards de Dollars) auparavant occultés dans les profondeurs des bilans et que les nouvelles normes comptables IFRS ont fait brutalement apparaitre en pleine lumière.

A suivre donc. mais qand même quel extaordinaire retournement de situation si Chrysler devenait chinois !!!