Je vous avais signalé dans un message du 22 avril 2006, la campagne lancée par le nouveau Président de la Banque Mondiale, Paul Wolfowitz, pour s'attaquer à la corruption partout dans le monde et en particulier dans les projets financés par la Banque Mondiale.

Elle devait comporter trois volets différents, un volet pour les Etats Membres qui fournissent prêts, dons ou assistance technique d'avoir à exercer un controle renforcé sur l'utilisation de leurs fonds, un autre volet sous la forme d'un nouveau système de suivi des projets eux mêmes et enfin la création d'une liste noire de sociétés ou de personnes dont l'inclination à la corruption aurait été établie et qui deviendront de ce fait interdites de prèts ou dons de la Banque Mondiale.

Les résultats ne se sont pas fait attendre et la Banque Mondiale vient de les rendre publics.La Banque Mondiale a effectué pas moins de 411 enquètes sur des cas de fraudes ou de corruption qui se sont traduites par la mise à l'index de 58 sociétés et de 54 personnes de tout programme dans le financement desquels interviendrait la Banque Mondiale. De même en interne pas moins de 228 enquètes ont été menées qui ont amené au licenciement de 22 personnes et à des sanctions disciplinaires dans 11 autres cas.

Parmi les cas investigués, se trouvait ce que l'on appelle le cas Tchadien. Il s'agit de la construction d'un pipeline de 1100 km de long entre Doba, dans le sud du Tchad où se trouvent des gisements pétroliers découverts par Exxon et le port de Kribi au sud du Cameroun où débouche le pipe pour chargement et exportation. Ce programme partiellement financé par la Banque était assorti d'une obligation, en principe controlée par elle, de reversement de redevances dans un fonds spécial de lutte contre la pauvrété .Or il s'est avéré qu'une partie au moins de ces reversements allait directement...dans la poche du Président Tchadien.

Nos félicitations à la Banque Mondiale et à son Président pour les premiers résultats de cette tentative d'assainissement de ses pratiques. Nous sommes bien entendu à l'écoute de la suite de cette action méritoire...