Les biocarburants de 2ème génèration, comme j'avais eu l'occasion de vous l'expliquer dans une série de message des 23, 25, 27 et 29 Octobre 2006, ce sont des carburants produits à partir de végétaux qui permettent l'utilisation maximale de la plante, tiges et feuilles comprises. A l'heure actuelle, tous les projets et installation existantes utilisent seulement les fruits ou les graines de colza ou de tournesol et les maîtres d'oeuvre de ces projets sont des réprésentants des professions agricoles et des coopératives.

Cette fois çi c'est le pétrolier Total en association avec un autre pétrolier finnois, Neste Oil, qui entrent dans la danse avec un projet d'unité de biodiesel de 200 000 tonnes/an à la raffinerie des Flandres à Dunkerque.C'est apparemment la technologie de Neste Oil qui construit déjà à l'heure actuelle une unité de ce type  en Finlande qui sera utilisée pour fabriquer un biocarburant dont le principal avantage est de pouvour  être utilisé pur dans un diesel. Par contre l'investissement est plus conséquent puisqu'en l'occurrence il se montera à environ 200 millions d'euros alors que pour une unité de biocarburants de première génération 50 suffiraient.

Les biocarburants ne sont absolument pas compétitifs en prix quoique vos médias préférés vous disent, même  au prix actuel du baril de pétrole et donc l'élément déclencheur d'un tel investissement est l'aide de l'Etat. Apparemment, Total aurait obtenu pour lancer son projet une détaxation de Taxe Intérieure sur les produits pétroliers (TIPP) pendant 6 ans.

Autre pression amicale sur la profession pétrolière dont le mécanisme, après celui de la carotte, est cette fois de l'ordre du baton, l'introduction récente(2005) d'une taxe nouvelle dite TGAP,Taxe générale sur les activités polluantes, qui vise à pénaliser les pétroliers qui ne respecteraient pas les quotas de biocarburants prévus être introduits en mélange dans les carburants vendus à la pompe. Cette taxe, qui s'applique à la partie d'origine fossile dans les carburants, doit augmenter régulièrement d'année en année de sorte que la pénalité devienne rapidement insupportable et que le pétrolier augmente alors la proportion de biocarburants.Nul doute que les pétroliers qui savent très bien calculer où est leur intéret, feront le nécessaire pour minimiser l'impact de cette TGAP autant que faire se peut. En tant que consommateur qui en fin de compte payons cette taxe, nous y avons intéret.

Seul petit problème dans le projet Total, la matière première de départ serait de l'huile de palme ou des graisses animales et donc les agriculteurs n'en sont pas particulièrement satisfaits...