Le rendez vous annuel des cancérologues, l'ASCO, qui s'est tenu en juin à Atlanta aux Etats Unis a plébiscité une nouvelle catégorie d'anticancéreux dit intelligents.

De quoi s'agit il? De molécules chimiques qui ont une action particulièrement sélective. Elles s'attaquent en les détruisant où les asphyxiant aux cellules malades tout en n'ayant pas d'action sur les cellules saines. Elles détectent les signaux biochimiques émis par les cellules malades et leurs variations par rapports aux signaux des cellules normales pour les attaquer et réduire leur prolifération. canalblog

L'émergence de cette nouvelle méthode d'attaque des cellules cancéreuses passe donc par l'analyse des signaux émis par la cellule qui permet d'identifier qu'elle est devenue cancéreuse. Etude qui a commencé dans les années 90 et commence à porter ses fruits.

Il existe déjà deux produits de ce type commercialisés, le Glivec de Novartis et l'Herceptine de Roche-Genentech. Une dizaine d'autres sont pret à être commercialiés dès que le processus, forcément long, d'approbation par les autorités sanitaires aura été terminé. D'ores et déjà des améliorations des taux de survie considérables ont été enregistrées pour les traitements de certains cancers ( de 20pct à 80 pct par exemple pour des cancers gastro intestinaux) . D'après un cancérologue,à terme,toutes les formes de cancer pourront devenir accessibles à ces formes de thérapie ciblées.

Seul inconvénient, des résistances à ces traitements ont déjà été enregistrées ce qui oblige les chercheurs dans ces cas à attaquer la cellule malade de tous les cotés par les multithérapies comme celles utilisées dans le cas du sida.   

Or le cout des trithérapies est malheureusement extrèmement élevé.Il en coute plus de 30 000 Euros par ans et par malade.Nous revoiçi devant un problème éthique bien connu...