Je vous ai signalé les difficultés de notre état impécunieux pour remplir le bas de laine du Fond de Reserve des Retraites. Tout au moins, notre système global, même s'il n'est pas équilibré et exigera d'autres ajustements que ceux de la loi Raffarin/Douste, tient encore pour l'instant la route.

canalblog1_018La photo ci jointe nous montre des retraités anglais défilant nus dans Londres pour montrer la détresse de leur situation. Le système anglais n' a rien à voir avec le notre puisqu'il est basé sur un minimum de cotisations de la part des employeurs et employés au système d'état et donc sur des retraites d'état servies très faibles (440 Euros/mois pour une personne seule et 610 pour un couple).

Les salariés sont donc supposés se préoccuper eux mêmes de leur compléments de retraite en investissant une partie de leur paye dans n'importe quel placement, immobilier, obligations ou actions, seuls ou via des fonds de pension. Le système a bien marché dans les années 90 avec la hausse de la bourse d'avant le krach.Toutes sortes de comportements déviants ont été ensuite noté dans un système où les obligations légales en terme de prudence dans la gestion et de controle sont très faibles. Certains gestionnaires ont pris des risques excessifs sur les actions au détriment de placement plus sur,certaines sociétés ont arrété de cotiser en jugeant que la hausse des actifs des fonds leur permettaient de s'en dispenser et l'Etat lui même en 1997(Merci Monsieur Gordon Brown!) a décidé de ponctionner ces fonds de pension de 5 Milliards de livres(6.5 milliards d'euros) tous les ans.

Résultat un certain nombre d'entre eux se sont déclarés en faillite et leurs adhérents ont vu leurs retraites amputées de retraites complémentaires qui représentaient un tiers à deux tiers de leur dernier salaire. Retour donc pour eux brutalement aux retraites d'état plus ou moins améliorées. Ils sont ainsi 85 000 au Royaume Uni qui ont essayé d'attirer l'attention sur leurs triste sort de la manière que vous voyez et se sont addressés au médiateur pour qu''elle se fasse l'avocat de leur cause auprès des pouvoirs publics.Tony Blair vient de répondre officiellement que "ce n'était pas au contribuable d'éponger les pertes d'entreprises privées" . Il est vrai que l'impact d'un tel précédent (22 millards d'euros), susceptible d'être suivi de pas mal d'autres, serait tout à fait critique pour le budget.

Ce problème socialement dramatique de la faillite de certains fonds de pension mal gérés fait ressortir le problème connu au Royaume Uni de la faiblesse des retraites façe à l'impact de le demographie qui comme en France, est extremement déséquilibré. Le Royaume Uni est simplement dans un état d'impréparation au problème bien plus grand que le nôtre, même si le notre est loin d'être parfait.Car les pouvoirs publics qui se refugient maintenant derrière le caractère privé de ces fonds, en ont néanmoins fait la promotion dans le public et en ont bénéficiés indirectement par la diminution de la presssion que cela mettait sur le systeme d'Etat qu'ils étaient censé suppléer. Par ailleurs l'Etat a oublié dans l'affaire son rôle de police et controle régalien qui était de s'assurer que la gestion, le niveau de risque pris, le caractère obligatoire des versements des sociétés et salariés et l'équilibre fonds reçus/engagements de retraites étaient la condition indispensable à la viabilité du système.

Le trou des finances des retraites, privées et publiques, en Angleterre est tout a fait considérable puisqu'il manque 300 millards d'Euros pour honorer les engagements actuels de ces fonds. Pour les décennies à venir, ce sont entre 750 et 1050 millards d'euros qui manquent.Sans compter que les jeunes générations, comme toujours insouciantes et qui ne se pressent pas pour cotiser à des fonds dont ils voient la fragilité, ne se pressent pas pour épargner en vue de leur propre retraites.

Très gros problème pour nos amis anglais dont on soupçonnait l'importance mais dont l'ampleur révélée et chiffrée est ahurissante. L'augmentation des cotisations obligatoires, le report de l'age de la retraite et sans doute des régles de conduites strictes pour tous les fonds semblent inévitables. Il est grand dommage que Monsieur Tony Blair ne s'en soit pas préoccupé beaucoup plus tôt...

Pour mémoire et pour rasurer mes lecteurs, le montant de la cagnotte que nous sommes censés constituer dans le Fond de Reserve des Retraites pour couvrir la période 2030/2040  n'est que de 150 millards d'Euros. C'est dire la différence d'ordre de grandeur du problèmes des retraites entre la France et l'Angleterre.