Prolonger la durée d'activité des séniors est une des conditions sine qua non pour réussir à équilibrer nos régimes de retraites et ne pas écraser nos enfants sous la charge des retraites de leurs parents. L'Allemagne n'est pas dans ce domaine dans une situation plus brillante que celle de la France avec des caisses de retraites qui ont été sauvées de la faillite par une contribution de l'Etat juste avant les élections(voir mon message du 2 aout).

Comme nous , elle cherche des solutions pour équilibrer les comptes et ne pas laisser à nos enfants la lourde charge de devoir assumer les retraites de leurs parents. Elle a un avantage sur nous, c'est d'avoir conservé un age officiel de mise en retraite de 65 ans et même d'avoir déjà décidé pour 2012 de passer cet age de retraite à 67 ans. Elle a aussi déjà décidé et annoncé les "mauvaises nouvelles", c'est à dire l' accroissement des cotisations retraites de 19.5 à 19.7pct en 2007 et la révision à la baisse des retraites servies qui, passeront en 10 ans, de 2009 à 2019, de 52.7 pct des salaires moyens à 46.3 pct. Si je mentionne ces informations pas très gaies, c'est pour que nous ne considérions pas en France, comme nous avons tendance à le faire, que tout a été reglé avec la dernière révision des retraites Raffarin/Douste Blazy. Il en faudra malheureusement d'autres...

Pour améliorer la situation, l'Allemagne vient d'annoncer une initiative baptisée "Initiative 50 et plus" pour maintenir les séniors dans l'entreprise par des mesures classiques  de prise en charge des charge sociales. Ce qui est plus original par contre c'est l'idée du "salaire combiné" en cas d'embauche de salariés de plus de 55 ans. L'Etat verserait à l'entreprise un complement de salaire pour faire en sorte que globalement le salarié s'y retouve et que pour l'entreprise le salarié senior ne lui coute pas ,ou pas beaucoup, plus cher qu'un salarié plus jeune.

Car les raisons des départs anticipés des séniors de l'entreprise sont, tout d'abord, que c'est la méthode la plus acceptable socialement de mettre en oeuvre un plan de restructuration alors que le Code du Travail prevoit au contraire le départ en priorité des jeunes embauchés. Ensuite parce qu'ils coutent plus cher en salaire. Enfin d'un dynamisme moindre dans certains cas même si chacun s'accorde à reconnaitre qu'il est compensé par une plus grande expérience.

Le système du "salaire combiné " devrait donc permettre de conserver plus longtemps les dits séniors en gommant ce surcout salarial ou des les utiliser pendant en poste double le temps de transmettre leur savoir à leurs remplaçants plus jeunes ou encore de les utiliser pour des missions spot. Les caisses chomages paieraient moins cher qu'un chomage à plein temps et les caises retraites continueraient de percevoir des cotisations. Un vrai système "gagnant/gagnant" donc!

En France, la négociation sur l'emploi des séniors se poursuit entre Medef et Organisations Syndicales sur le principe de définir un contrat de mission temporaire qui permette de combler le temps entre les départs anticipés que nous connaissons vers 55ans et l'age officiel de départ de 60ans. Elle ne prend pas vraiment en compte l'extension vers les 65 voire 67 ans de cet age de retraite.

Suggérons à nos partenaires sociaux, mais au dela aux caisses de chomages et aux caisses de retraites, de regarder de près cet idée de retraite combinée.