Le CPE poursuit son parcours législatif par un vote positif à l'Assemblée Nationale sur la loi dite de l'égalité des chances. Le texte résultant d'un travail de consolidation entre l'Assemblée et le Sénat, devrait donc être approuvé dès jeudi définitivement au Sénat. Ce qui me parait curieux dans le processus de création de ce nouveau contrat de travail, c'est la shizophrénie qui me parait avoir prévalu dans son élaboration.

Madame Parisot, Présidente du Medef, nous avait part de sa découverte du CPE en même temps que les autres français, en écoutant la radio ou la télé. En début de semaine également, Monsieur De Villepin a reçu une association de DRH et des chefs de grande entreprise pour leur demander leur avis sur le dispositif, quelques heures seulement avant le passage de la loi à l'Assemblée et la manifestation. Les dits DRH on exprimé un interêt poli sans paraitre vraiment convaincu. Ils ont rappellé qu'une entreprise embauchait en souhaitant de ne pas se tromper et qu'ils ne voyaient pas pourquoi elles se sépareraient de salariés dont elles sont satisfaites et pour lesquels elles ont investi de la formation et du temps. Ils comptent poursuivre leurs embauches, essentiellement des bac+5, en CDI car il est très important pour eux de sécuriser ces embauches face à la concurrence.

Ce qui semble confirmer que le CPE est essentiellement destiné aux PME et aux jeunes peu ou pas qualifié. Mais même pour un patron de PME, dès qu'il aura embauché un jeune et qu'il se sera révèlé bon, il n'aura rien de plus pressé que de le passer en CDI de peur de le voir le quitter dans un monde du travail où le jeune non qualifié motivé est rare .

Coté manifestation, on y a vu une forte proportion d'étudiants et une forte proportion de salariés de la fonction publique,- les gros bataillons des syndicats-, avec néanmoins une présence plus forte qu'habituellement des salariés du privé. Or ce sont les jeunes non qualifiés, à qui le CPE devrait être utile au lieu des successions d'interim et de CDD,qui auraient du être là plutôt que les étudiants. De même, à ma connaissance le CPE n'est pas prévu s'appliquer dans la fonction publique.

D'un coté, nous avons donc un gouvernement qui développe un nouveau contrat sans en parler avec ceux qui vont devoir l'utiliser. De l'autre coté des manifestants qui représentent majoritairement ceux à qui le dispositif ne s'addressera que marginalement !

Ceci dit je ne suis personnellement pas très convaincu par le CPE. Si vraiment le problème était de combattre les réticences des patrons de PME d'embaucher à cause des difficultés de licenciement en cas de problème, peut être aurait on pu se satisfaire de l'extension dans le CDI de la période d'essai à un an ou deux plutôt que d'entrer dans un combat politique dont l'issue reste douteuse.

A suivre...