Les Baby boomers partent en retraite et vont donc laisser des emplois vacants aux nouvelles générations. En même temps, le profil de notre industrie et de nos services se modifient et génèrent des besoins de main d'oeuvre différents de ceux d'aujourd'hui. La combinaison de ces deux phénomènes crée la demande du marché du travail pour l'avenir en nombres de postes et en qualifications demandées. C'est, bien entendu, un élément important à connaitre pour orienter nos enfants dans des études qui ne débouchent pas sur le chomage. Ce sont aussi, en principe, des éléments fondamentaux à prendre en compte par l'Education Nationale et Supérieur pour que son offre de formations et de diplomes soit en adéquation avec la demande future.

Le Commissariat au Plan -qui vient de faire la une des journaux pour cause de disparition brutale- et la Direction de l'animation de la Recherche, des études et des statistiques(DARES) du Ministère de la cohésion sociale, viennent de réaliser une étude commune pour savoir quels seront les postes dont le pays aura besoin sur la période de retrait des baby boomers soit 2005/2015, et les qualifications qui seront demandées.

Première bonne nouvelle, les postes à pourvoir(750 000/an) sur la période seront supérieurs aux départs de l'emploi(600 000) pour donner un nombre de créations nettes d'emploi de 150 000 par an. C'est un niveau proche de celui des années Jospin. A noter que ce nombre de créations de postes repose sur une hypothèse de croissance annuelle de 2pct sur la période, un niveau de chomage pour 2015 de 7.5 pct et un acroissement de la productivité de 1.6pct par an(dans l'industrie).

L'évolution des besoins sera dans la continuité de la tendance actuelle, c'est à dire d'un coté une demande croissante en postes dans le secteur tertiaire, les services, et également une bipolarisation de la demande vers le haut, les cadres, et vers le bas, les emplois peu qualifiés.

En entrant un  peu plus dans le détail, on observe un repli des métiers industriels, un développement des métiers qualifiés dans l'informatique,le secteur commercial,la comptabilité et la finance,la logistique. Egalement, avec le vieillissement des populations, on verra croitre les besoins en Infirmières,aides soignantes dans les établissements et à domicile des employés de maison et aides à domicile. Dans la fonction publique, les emplois devraient soit se stabiliser (enseignants) soient diminuer en nombre comme résultat de l'amélioration de productivité de ce secteur.

Le secteur de l'agriculture et des travailleurs indépendants(petits commerçants, restaurants, hotels) verront leur effectifs se réduire soit du fait de la concentration des exploitations ou de la concurrence de la grande distribution ou des chaines.

Au total, on va vers une société en tout ou rien dont la classe moyenne risque de diminuer de par la poursuite d'une certaine désindustrialisation et l'augmentation de la demande en postes peu qualifés liés au vieillissement des populations. Dans une certaine mesure, par contre, cette situation devrait aider à une meilleure intégration des habitants des banlieux dont l'offre est majoritairement vers des emplois peu qualifiés.

Des conclusions qui laissent rêveur néanmoins sur les possibilités de promotion sociale qui avaient constitué la principale motivation à réussir de la génération précédente et au dela une des raisons du développement du pays tout entier.