Toujours sur le sujet de GDF, l'ouverture du capital  s'est traduit, pour séduire l'acheteur, par des brochures pour promouvoir l'entreprise, faire le point sur ses actifs actuels et faire valoir sa stratégie pour le futur.

.On y constate par exemple que GDF, 4eme acheteur mondial de Gaz ne posséde en propre que 8 pct de ses besoins de Gaz! Toute société privée qui ne detiendrait en propre qu'un tel pourcentage de ses ventes( comme le petrolier espagnol Repsol) serait sous valorisé de ce fait. Encore n'aurait elle pas, comme une entreprise publique, vocation exclusive à assurer l'approvisionnement énergétique de son pays qui découle de son monopole.Comment la gestion publique a t elle pu passer pendant des décades à coté de ce problème de sécurité d'approvisionnement alors qu'en parallele elle imposait des stocks de reserves aux petroliers? Le nouveau GDF partiellement privatisé a donc prévu de passer à 15pct de ressources propres et se lance dans l'exploration. 

.On y constate que GDF n'est pas présent dans le domaine du GNL(Gaz Naturel Liquéfié) qui est le marché qui se développe le plus en ce moment au rythme de 6à 7pct par an.Le nouveau GDF va donc se lancer,avec retard , dans ce marché et envisage des prises de participation et la construction eventuelle d'usines de liquéfaction.

.GDF veut developper les infrastructures(gazoducs, dépôts gaziers). Très bien.

.GDF veut offrir une offre duale gaz/electricité à ses clients.Très bien si, c'est ce que demande le client.Cela sous entend que la gestion publique separée de GDF et d'EDF ne le satisfaisait pas...

.Enfin GDF veut se développer à l'International.L'Europe s'etant substitué à la France comme theatre des activités industrielles et commerciales cela me parait tout à fait logique.Par contre, dans la mesure où la majorité du capital est toujours d'Etat, il faudra bien un jour définir une philosophie sur le besoin et l'etendue des investissements d'Etat dans des entreprises de plus en plus internationales.Comme j'ai déjà eu l'occasion de le souligner dans le cas d'EDF dans ce blog, quelle est la justification d'investissements d'un l'Etat Français surendetté -et donc de ses contribuables- dans des installations industrielles qui serviront à approvisonner d'autres pays et d'autres peuples?Si la seule raison en est le profit, pourquoi alors ne pas en tirer les conséquences et privatiser majoritairement?

Un constat mitigé sur les résultats de la gestion publique donc.Et un exemple intéréssant de ce peut apporter une gestion privée par rapport à une gestion publique.Quelques élèments que me suggère ce cas pour votre propre réflexion.