A l'occasion du 14 juillet, notre fête nationale, le Président Chirac s'est prété à l'interview traditionnelle.il a cru bon, une fois de plus, d'attaquer les anglais(un peu comme les tabloïds anglais attaquent régulièrement la France à notre grande fureur),en critiquant le modèle britannique qui a t il dit, n'est "ni à envier, ni a copier".Fort bien, cela signifie donc que nous sommes satisfait de notre modèle, le meilleur du monde sans doute, et donc intouchable.

Le Président Chirac a mis en avant de meilleurs systèmes de santé,d'éducation ou de lutte contre la pauvreté qui sont, dit il, les grands éléments d'une société. Je peux temoigner, pour y avoir vecu, que le système de santé n'est pas miraculeux, je pense par contre que leur systeme d'éducation n'est pas mauvais, quant à la lutte contre la pauvreté, je ne suis pas sur que nous soyons tellement meilleurs dans ce domaine.

Par contre , comme j'ai eu l'occasion de le dire dans ce blog a plusieurs reprises, la question est de savoir s'il faut mettre les boeufs devant la charrue ou derrière.Les élements que le Président Chirac présente comme les grands éléments d'une société sont des éléments sociaux qui découlent des moyens financiers et humains que le pays peut y consacrer .On ne peut avoir en effet que la politique sociale que l'on peut se payer et il faut donc d'abord avoir une économie saine, productive et génératrice de bénéfices et d'emplois avant de penser à batir les systemes sociaux dont nous bénéficions.Et en particulier soutenir notre industrie privée qui a besoin de soutien plutot que du désamour, voire de l'hostilité, qu'elle rencontre dans notre population et chez nos hommes politiques, à 80pct issu de la fonction publique.

Comme j'ai eu aussi l'occasion de le dire, il faut admettre qu'il n'existe plus qu'un seul système économique, le systeme libéral, depuis la disparition calamiteuse du communisme et que nous mêmes comme les anglais sommes dans ce systéme libéral. La différence entre nous est simplement une question de "réglage" du systême, pour lesquels les Anglais ont choisi la lutte contre le chomage en contrepartie d'une certaine insécurité sociale et que nous mêmes avons choisi un système très protecteur de ceux qui ont la chance d'avoir un poste au détriment des exclus, les chomeurs.Le modèle anglais n'est suremenrt pas parfait, loin de là, mais si notre objectif est vraiment de réduire le chomage, à tout le moins, on se doit d'essayer d'en tirer les leçons et d'en appliquer certaines.Une chose est sure,nous avons fait la démonstration que nos methodes à nous sont inadaptées à reduire vraiment le chomage.

En ironisant sur le modèle anglais et ce faisant en moulant dans le bronze le fameux modèle français, je regrette de dire, Monsieur le Président, que vous avez surtout defendu le "chomage à la Française".