Le débat sur l'augmentation, parfois considérable, des budgets des Régions,semble s'orienter vers la constatation que les nouvelles régions dotées de pouvoir de plus en plus importants, semblent s'être transformées en de multiples petits royaumes avec leurs nouveaux petits roitelets, le tout aux frais des contribuables.

Le rapport de la Commission d'enquète de l'Assemblée Nationale sur la fiscalité locale a en effet constaté que:

.Les depenses de communication de 5 régions ont augmenté de 50pct, de 5 autres de 25pct et d'un montant inconnu piur 5 autres qui ont refusées de repondre;

.Les présidents se créent un cabinet comme tout bon président et les depenses sur ce poste augmentent de ce fait de manière tout à fait excessive(jusqu'à 110pct), compte non tenu des 10 régions qui ont refusées de repondre.

.La taxe professionnelle "région" voit son taux augmenter systématiquement en prévision alors que l'Etat envisage de la supprimer pour favoriser l'emploi! Les regions ne se préoccuperaient elle pas de l'emploi?

.Quelques initiatives bizarres individuelles sur lesquelles je ne reviendrais pas.

.Les transferts de responsabilité prévus ne semblent pas effecivement être les responsables de ces augmentations de budgets conséquentes ce qui veut dire que de nouvelles augmentations sont vraisemblablement à prevoir pour le budget prochain.

Bien sur le PS conteste ces conclusions qui traduisent la gueguerre politique entre Majorité et Opposition mais les chiffres semblent quand même bien être là et les contribuables s'en apercevrons en reçevant leurs taxes locales .Au dela de ces chiffres, ce qui me parait curieux, c'est l'attitude de nos hommes politiques qui ignorent les difficultés économiques pour ne s'interesser qu'a leur petit royaume, le rendre le plus important possible et le prevoient comme leur base opérationnelle pour satisfaire leurs ambitions personnelles ou celle de leur parti.Ce n'etait pas, à mon avis, l'interet premier de la décentralisation.L'ego surdeveloppé de nos politiques et leur mepris des difficultés du peuple semble malheureusement en détourner le concept.

On se croirait encore au Moyen age avec un Tiers Etat qui paye et une Noblesse( de parole desormais) qui tire les ficelles et fixe les impots sans soucis des possibilités du contribuable.A ceci pret que ce sont maintenant des élus du peuple.La mule crève, ai je dit une fois!