Monsieur Bolkestein, sa fameuse directive et la Commission européenne ont été voués aux gémonies récemment sous le pretexte que cette Directive ouvrait largement la porte au Dumping Social. Exit donc la Directive pour l'instant.Car comme le dit Philippe de Villiers et comme le confirme Tony Blair en charge de l'Europe dans quelques mois, ce n'est que partie rémise et elle réapparaitra immédiatement après le Référendum français, peut être dans une version légèrement remaniée.

Or le Dumping Social existe déjà en Europe. Un cas à été signalé et réprimé en Suède où une entreprise lettone, si mes souvenirs sont bons, venue construire un batiment dans ce pays, a appliqué à ses ouvriers les lois de son pays d'origine, la Lettonie.Un autre cas vient de faire l'objet d'un procès au Danemark où une entreprise Polonaise s'est fait prendre la main dans le sac dans les mêmes circonstances.

Avec ou sans la Directive Bolkestein, le dumping social est donc un risque, en particulier pour les pays limitrophes des nouveaux entrants, ce qui n'est pas le cas de la France. A ce titre il doit faire l'objet d'une surveillance suivie et d'une répression éventuelle. C'est le travail régalien des Etats et en particulier celui des Inspecteurs du Travail. On est donc en train de mettre sur le dos de ce pauvre Bolkestein une responsabilité de simple police qui est celle de nos Etats.

Je confirme que la Directive telle qu'elle est actuellement rédigée, prévoit bien la loi du pays d'origine dans le cas d'un travail éffectué dans ce pays d'origine et en cas de déplacement brefs. Dès que ce déplacement devient une affectation dans le pays d'accueil, c'est bien la loi du pays d'accueil qui s'applique.Il n'y a donc rien d'anormal dans cette Directive, sauf peut être sa rédaction malencontreuse.

Pourquoi tout ce ramdam, alors? Pour des raisons purement électoralistes sans doute; la gauche qui a une occasion de se payer la Droite; la Droite qui a besoin de reprendre l'initiative pour faire passer le OUI au référendum et de montrer que ce sont toujours les pays qui commandent à la Commission; peut être aussi une certaine arrogance de notre président qui préfère attaquer la commission plutot que de mettre en place les controles nécessaires dans ses inspections du Travail .Ce n'est pas comme ça, en tous cas, que nous allons rendre les Français plus europhiles.

Beaucoup de bruit pour rien à mon avis...