Dans mon message du 19/03 sur les multitudes de significations possibles des OUI et des NON annoncés par les uns et les autres pour le référendum sur la constitution Européenne, je vous avais proposé un OUI pour maitriser les tentations de nos gouvernants à depenser plus que raisonnable et en particulier à aller au dela des critères de Maastricht et du pacte de stabilité.

Rassurons nous, ils viennnent tous ensembles de décider d'une modification sensible de ce pacte pour leur permettre de revenir à leur jeu préféré qui est de dépenser sans compter à leur propre profit et au détriment de nos enfants. Dorénavant toutes les excuses seront bonnes, les retraites, les soutiens aux pays du tiers monde et même à l'ex Allemagne de l'Est, le trou de la Sécu, les opérations exterieures militaires(Irak, Cote d'Ivoire), les soit disant soutiens à l'économie et au chomage, les Jeux Olympiques!, les budgets de recherche etc...etc pour excuser les dérapages financiers. La Commission Européenne devra avaler ces couleuvres avant de pouvoir se saisir du problème.

La Banque Européenne a immédiatement avertie que sa politique deviendrait plus restrictive sur les taux d'intérêt si les politiques de maitrise des déficits des pays européens devenaient laxistes.  C'est dire la confiance qu'elle a dans la "vertu" de nos gouvernements en matière budgétaire..

Mon OUI de maitrise des dépenses de nos hommes politiques devient de ce fait caduc.Il me faut réfléchir à nouveau à la question tellement je manque d'enthousiasme pour ce qui me parait néanmoins la voie logique à suivre qui est d'en poursuivre avec l'Europe. Il devient de ce fait un OUI de résignation. Quel dommage que nos hommes politiques soient aussi incapables de susciter l'enthousiasme sur ce sujet alors que c'est pour eux une vrai occasion historique d'être utile à leur peuples et de laisser leur noms dans l'histoire...