Après Hervé Gaymard c'est maintenant au tour de Jean François Copé d'être attaqué sur son logement parisien et sur le droit qu'il aurait à bénéficier d'un logement fourni et payé par l'Etat. Je répèterai ce que j'avais dejà dit dans le cas de Hervé Gaymard, le privilège de l'appartement de fonction doit être lié à la fonction et pas à l'individu. Il y a en principe une logique derrière le fait de disposer d'un appartement de fonction . La plus simple que je puisse envisager est la fonction de représentation qu'exerce un ministre, en particulier un ministre aussi important que celui des Finances. C'est le cas du Président de la République, du Premier Ministre, du Président de l'Assemblée Nationale ou du Sénat ou sans doute de quelques autres. 

On peut accepter que le Ministre des Finances ait aussi ce privilège. Par contre, quatre Ministres qui rélèvent tous des Finances et qui auraient tous le privilège de l'appartement de fonction, me parait franchement excessif.

Pour les Ministres sans contraintes particulières et donc sans besoin d'appartement de fonction je suggèrerai d'appliquer quelques règles simples utilisées dans le privé:

Lors d'une mutation à la demande de la société, la société vous aide à vous loger en général par une subvention temporaire( 3 ans par exemple)  jusqu'à un certain plafond de loyer qui depend de votre situation familiale. Il est considéré que vous devez consacrer à votre logement un certain pourcentage de votre salaire de l'ordre de 10 à 15pct et la subvention comble l'écart entre ce pourcentage et le plafond qui vous est alloué. Si vous souhaitez, pour des raisons diverses, disposer d'un logement d'un standing qui dépasse celui correspondant au loyer maximum autorisé par votre société, libre à vous mais vous en payez le surcout.

Il est dommage que l'intervention immédiate du Premier Ministre n'ai pas réussi à traiter l'ensemble du problème en une fois. Peut être aurait il mieux valu réfléchir un peu plus longtemps et traiter le problème globalement une fois pour toutes plutot que de laisser le sujet revenir à la une des journaux. Une Direction des Ressources Humaines des employés de l'Etat ne serait pas inutile pour traiter de genre de problèmes sans que le premier Ministre doivent lui même s'en préoccuper...