Vous avez peut être lu dans la presse que les Pharmaciens étaient particuliérement bien soignés par les sociétes de Génériques qui avaient mis en place à leur bénéfice des "marges arriéres" très attractives. Qu'entend t on sous ce vocable? Il s'agit de remises supplémentaires versées aux pharmaciens en fonction de leur résultats de VENTES.  Vous avez bien entendu; Nos pharmaciens qui sont en principe des techniciens de la santé au service de leur clients se seraient transformés en vulgaires vendeurs avec des objectifs de ventes dans le secteur des Génériques, objectifs rémunérés en cas de réussite comme chez Leclerc ou Carrefour!

J'avais remarqué en effet une fois chez mon pharmacien qu'il insistait (un peu seulement, ce ne sont pas des rentre-dedans de la vente tout de même) pour que je prenne un générique à la place de la prescription de mon docteur. J'avais attribué cette pression à son désir de participer à soulager la Sécu de son fardeau  et j'avais réfusé poliment et payé mon euro de plus car, comme vous l'avez rémarqué, je suis pour la recherche pharmaceutique et la bonne santé de cette industrie. Peut être etait ce vrai, peut être etait ce un effet pervers des marges arriéres çi dessus, je ne sais. 

Vous avez peut être également appris que certains Pharmaciens revendaient des médicaments non utilisés que des patients ( je n'ose pas encore dire clients) leur avaient rapportés.

Tout ceci semble dire qu'il y a des brebis galeuses dans la profession et que les considérations mercantiles semblent prendre le pas sur l'aspect scientifique et de service au client de la profession. Comme c'est une profession qui bénéficie du Numerus Clausus ( en clair, c'est la profession qui controle et limite le nombre d'ouverture de nouvelles officines, donc la concurrence), il serait sans doute important qu'elle puisse faire le ménage elle même, car sinon pourquoi  ne pas passer à un mode de vente plus commercial comme cela se fait dans d'autres pays européens (cf Boots en Angleterre)?

Je suggère que leur conseil de l'ordre recommande publiquement de refuser les "marges arrières" et sanctionne les ventes de médicaments non utilisés . Il en va de la crédibilité de cette profession et du maintien de leurs avantages

Incidemment,la Sécu ou le ministère a du mal négocier le prix des génériques puisqu'il leur reste apparemment de la marge. A revoir donc, il y a des sous à gagner pour la Sécu!