L'enseignement français est réputé être une culture de l'écrit avec beaucoup de devoirs écrits et assez peu d'interventions orales proposées aux èleves, même en langue, ce qui peut peut être expliquer nos insuffisances reconnues en anglais. Pour avoir vécu dans le monde anglo-saxon et y avoir eu des enfants en age scolaire, je peux d'abord confimer qu'éffectivement notre enseignement est très axé vers l'écrit alors que l'enseignement anglais en l'occurence est beaucoup plus axé vers l'oral.

Pour donner un exemple,dès les petites classes, les élèves se rassemblent le lundi matin et chacun raconte en public ce qu'il a fait le weekend.C'est ce qu'on appelle l'assembly et ça développe énormement les aptitudes à parler en public chez les jeunes Anglais.J'etais d'ailleurs frappé par le fait qu'a la télévision l'anglais moyen interviewé dans la rue était parfaitement à l'aise pour raconter avec force details ce qu'il avait vu. Dans les mêmes circonstances, en France, l'interviewé essaiera d'échapper à l'interview d'abord puis se montrera peu à l'aise et peu disert sur ce qu'il a vu.

En quelque sorte notre enseignement  forme des techniciens alors que l'enseignement anglais forme des commerciaux, des hommes politiques, des journalistes et des personnes impliquées dans des metiers relationnels.

Vous me direz " et alors, en quoi serais ce criticable".Ca ne l'est pas , bien entendu et ç'est une des forces de notre enseignement et de notre peuple d'avoir su au fil des siecles créer et batir  palais, batiments magnifiques , ouvrage d'arts, oeuvres d'arts de tous types. Il n'est que de comparer Paris aux autres capitales mondiales pour s'apercevoir que nous sommes bien un peuple de batisseurs .Même de nos jours , chacun de nos présidents de la République a souhaité laisser à la postérité ou ou plusieurs oeuvres marquantes qui témoigneront de son passage(Beaubourg, La Villette, la grande Arche, la pyramide de Pei,la Grande Bibliothèque...etc).

Pour revenir à mon propos, la culture de l'oral du monde anglo-saxon a par contre l'avantage de leur permettre, dans les débats publics ou dans les débats internes aux sociétés ou aux organisations de tous types auxquelles nous participons les uns et les autres de presenter les choses de bien meilleure façon, de faire admettre plus facilement leurs points de vue et donc d'orienter les décisions dans le sens qu'ils soutiennent.D'autant plus que nous avons en plus l'énorme inconvénient de ne pas parler dans notre langue maternelle....

J'ai eu l'occasion maintes fois de remarquer l'impact considérable que pouvait avoir le fait de savoir presenter brillamment tel ou tel sujet sur les décisions qui devaient en découler.J'ai eu l'occasion ,également, dans des groupes de travail multiculturels de constater l'activité intense des anglo-saxons dans les phases théoriques d'un projet et de voir les français prendre le relai avec la même intensité dès lors qu'il s'agissait de passer à une phase concrète du projet.En d'autres termes, nous savons "faire" les choses et eux savent les vendre.Pour moi c'est la traduction dans l'action de notre culture écrite, culture de batisseurs et de leur culture orale, culture de commerçants.

Qu'aurions nous été capables de faire ensembles si au fil des siècles nous avions su nous entendre...